Panier 0

Le choix de nos pierres

 

« Au cours de ma carrière, j’ai eu la chance de rencontrer des personnes qui m’ont transmis leur amour des pierres. J’étais un grand dépensier et préférais m’acheter des cailloux plutôt que de partir en vacances. J’ai connu des globe-trotters qui me ramenaient de leurs voyages des gemmes brutes et taillées. Par la suite, j’ai eu l’opportunité de racheter le stock complet d’une génération de marchands de pierres. Souhaitant faire exécuter quelques tailles dans ces bruts afin d’agrandir ma collection, j’ai fait la connaissance de lapidaires qui ont parfait mon éducation. Notamment le dernier, M. Dominique Prudon, qui taille les fleurs en corail, les turquoises et autres pierres tendres pour les joailliers de la place Vendôme. J’affectionne son travail, c’est d’ailleurs lui qui a mis en forme quelques turquoises qui figurent dans cet ouvrage ».

« Parmi toutes les catégories de gemmes, j’ai une passion particulière pour les tourmalines. Ce sont les premières pierres que j’ai achetées. J’aime leur immense variété de couleurs, surtout lorsqu’elles sont polychromes. Celles qui font aujourd’hui briller mes yeux de mille feux sont les spinelles, les sphalérites, les cérusites et les zircons, ainsi que toutes les pierres étoilées ou œil de chat : fascinantes !».

« Enfant, je rêvais de perles. Elles m’attirent toujours. C’est la plus belle parure de la femme, elles n’ont pas leur égal parmi les minéraux, elles siéent à toutes les couleurs de peaux. Qu’elles soient d’Orient, d’Asie, des mers du sud ou de rivière, cette charmante formation est une véritable invitation à la poésie. Son lustre, son orient, sa couleur, qu’elle soit de Conque, de Melo, de Bénitier, d’Ormeau… Chacune a son éclat qui sublime la femme qui la porte. J’ai rencontré des négociants et des collectionneurs qui m’ont appris à les différencier, à les reconnaître, et mon ouvrage repère est 
 La Perle et ses secrets de Jean Taburiaux ».

Le dessin

 

« Les pierres sont comme les femmes, leurs multiples facettes m’inspirent. Je travaille avec une profusion de gemmes devant moi, même si ce n’est que pour en retenir une seule. Il m’est nécessaire d’avoir l’embarras du choix…

Je ne sais pas dessiner qu’une seule robe ou qu’un seul bijou. L’abondance ne nuit pas et je suis prolixe en la matière. Le dessin qui sera retenu se verra encore modifié avant d’arriver sur l’établi de Paco, mon cher joaillier ».

Les métaux précieux

 

Nous réalisons des bijoux en or jaune, or blanc, or rouge et argent. Le titre de l’or utilisé pour le 18 carats est 750 et l’argent 925.

 

La préparation du métal

 

Tout commence par la transformation du métal brut. Le métal est alors travaillé sous différentes formes (brut, en fil, plaque ou autre). Pour certaines créations, nos artisans utilisent également la technique de la cire perdue.

 

L’empierrage et sertissage

 

Nous utilisons plusieurs techniques d’empierrage et sertissage :

  • Le cabochon : Sertissage principalement avec des griffes ou en serti clos.
  • Les pierres à facettes : Sertissage principalement à griffe, en serti grain, en serti rail ou en serti clos.
  • Le tortillon : Technique utilisée pour nos bracelets et colliers en argent, en pierres ou en perles.

 

Le polissage et rhodiage

 

Le polissage permet de choisir la finition et l’effet que l’on souhaite donner à la pièce. Plusieurs techniques peuvent être utilisées comme l’effet brossé, le polissage brillant, martelé ou encore l’emerisage.

 

Certaines pièces nécessitent de passer par l’étape du rhodiage. Il s’agit principalement des pièces en or blanc ou en argent afin de leur donner un effet encore plus blanc et plus brillant.

 

Le poinçonnage

 

Avant le polissage final, le bijou est poinçonné du poinçon de maître (gland) et du poinçon d’Etat. Pour finir, il est signé du logo Schaix Paris au laser. Le laser permet de graver de très petites pièces avec beaucoup de précision et de faire des décorations de haute qualité sur les pièces de joaillerie.

« Tout d’abord, Il me fallait déposer un poinçon auprès du bureau de la garantie. J’ai dû faire trois propositions de dessins stylisés qui devaient représenter ma future image de marque : un roseau, un sablier et un gland. Le dernier fut retenu par l’administration et figure aujourd’hui à côté du poinçon de l’état sur tous mes bijoux. Depuis, ce petit fruit a pris une place très importante dans ma création, il figure en paire aux côtés de mes initiales ES sur les sacs à mains et les accessoires. Il est devenu le symbole de ma Maison et j’en suis fier ».

 

Poinçon de maître

 

 

Avivage et contrôle

 

La dernière étape consiste à l’avivage du bijou qui permet de lui donner son éclat final. Enfin, la pièce est contrôlée sous tous ses aspects avant d’être validée par un expert.

 

Coté Joaillerie

 

Situés dans le cercle d’or de Paris, 6 rue Saint-Florentin Place de la Concorde dans le 1er, nous vous accueillons dans notre univers raffiné et créatif. Venez découvrir notre savoir-faire, une joaillerie très Couture qui n’a pas son pareil.